Menu

CNM ÉVOLUTION

Le plus sécuritaire au Québec!

Traversée d’une durée de 60 min.

CNM Évolution

Le catamaran

Depuis 1997, le catamaran CNM Évolution effectue régulièrement, d’avril à octobre, la traversée du fleuve Saint-Laurent entre Rimouski et Forestville.

Il vous mène d’une rive à l’autre en 60 minutes environ, ce qui en fait le traversier le plus rapide au Québec.

  • Vitesse de 30 noeuds (55 km/h)
  • Puissance de 2 X 2800 hp
  • Propulsion à turbine à eau
  • Capacité de 175 passagers
  • Capacité de 30 véhicules (hauteur maximum 2,16 mètre)

Un peu d'histoire

Après plus de 25 ans, la région de Rimouski renouait avec son passé de lien maritime passager entre la rive nord et la rive sud après le «Manic», qui avait fait sa dernière traversée entre Pointe-au-Père et Forestville en octobre 1971, et le «Père-Nouvel».

La concurrence était forte. Trois autres traversiers à Rivière-du-Loup, Trois-Pistoles et à Matane, se partageaient le marché. Un jet de la mer qui roule à 55 kilomètres/heure au milieu de l’estuaire du Saint-Laurent.

«La clientèle veut de la vitesse et de la fréquence. Des gens d’affaires peuvent de Rimouski ou de la Côte-Nord aller rencontrer leurs clients de l’autre rive et revenir dans la même journée sans perdre de temps», se fait souvent dire Michel Journault, responsable des opérations du C.N.M. Evolution.
«Tout le personnel est formé pour bien recevoir le client. Il faut aller devant le client en lui disant, bonjour, bienvenue et bonne traversée avec le sourire.»

«On a été les premiers à faire face au Canada au recueil international régissant les bateaux à grande vitesse», dit Michel Journault, fier de son traversier.


© Le Québec en images, CCDMD

60 tonnes d’aluminium ont été utilisées pour construire le traversier doté de deux moteurs développant chacun 2 800 HP. Le même bateau construit en Norvège aurait coûté de 8 à 10 millions de dollars au lieu des 5 millions de dollars du C.N.M. Evolution.

La première traversée du C.N.M. Evolution est restée dans la mémoire de plusieurs Rimouskois comme un moment important de l’histoire des traversiers dans l’Est du Québec. «Je n’aurais manqué ce voyage pour rien au monde. Sur une échelle de 1 à 10, je lui donne 10. C’est une machine incroyable», s’était exprimé le Rimouskois Roland Lavoie qui était ingénieur-chef du Père-Nouvel. Il n’y a pas plus de bruit dans la salle des passagers que dans un Boeing 747».

réf.: Carl Thériault